Maladie coeliaque

Maladie coeliaqueLongtemps considérée comme une maladie rare, la maladie coeliaque est plus fréquente qu'on ne le croit.

Cette maladie inflammatoire est déclenchée par l'ingestion de gluten, une protéine contenue dans de nombreuses céréales.
Il en résulte une dégradation de la muqueuse intestinale et une mauvaise absorption des nutriments, provoquant des troubles digestifs et métaboliques variés, plus rarement des cancers.
Le régime sans gluten permet de la stopper.
Cette maladie inflammatoire du tube digestif est caractérisée par une intolérance au gluten.
Cette protéine, que l'on trouve dans les céréales (blé, seigle, orge) provoque une réaction inflammatoire (comme une allergie), avec des anticorps dirigés contre les cellules de la muqueuse de l'intestin grêle.
C'est ce qu'on appelle une maladie auto-immune. L'immunité ne se dirige pas contre les éléments étrangers mais contre les propres cellules de l'organisme.
La maladie coeliaque se rencontre plus souvent chez des personnes ayant une prédisposition héréditaire.
Un parent au premier degré d'une personne atteinte (enfant, père, mère, frère, soeur) a 10 % de risque d'être atteint alors que ce risque est de 1 pour 1.000 environ dans la population générale.
Le plus simple quand on est atteint de la maladie coeliaque est de se faire suivre par un diététicien ou un nutritionniste et d'adhérer à une association de malades, car le régime est très difficile à suivre au jour le jour.
Une aide est donc indispensable.
Le principal résultat de cette réaction immunitaire est une dégradation de la muqueuse intestinale et une mauvaise absorption des nutriments.
Les symptômes de la maladie coeliaque sont extrêmement variés et peuvent associer une diarrhée graisseuse (mauvaise absorption des graisses qui se retrouvent dans les selles), une fatigue importante, une perte d'appétit, un amaigrissement, des douleurs et des ballonnements abdominaux, des nausées, des vomissements, des crises de tétanie, des douleurs osseuses, une ostéoporose, des oedèmes, des aphtes, une inflammation de la langue, une anémie, des troubles de la coagulation, une stérilité, etc.
La maladie coeliaque peut également être accompagnée d'autres maladies comme le diabète, l'insuffisance pancréatique, la thyroïdite ou d'autres pathologies relevant de l'auto-immunité.
Dans les cas d'évolution prolongée sans traitement, on peut observer des lymphomes de l'intestin grêle ou d'autres cancers intestinaux.
A l'aide d'une prise de sang, on recherche la présence d'une anémie (due à une carence en fer et à une carence en folates) et d'anticorps spécifiques de la maladie (antigliadine et antiréticuline).
Une radio de l'intestin grêle est pratiquée et un produit opaque est administré afin de suivre sa progression tout au long du tube digestif (transit du grêle).
L'examen le plus important est la fibroscopie digestive par voie haute, permettant de faire des biopsies sur la portion initiale de l'intestin grêle. L'analyse des prélèvements permet d'affirmer le diagnostic par la découverte d'une atrophie de la muqueuse.
Il est également recommandé de faire une ostéodensitométrie (mesure de la densité en calcium des os) afin de dépister une ostéoporose.
On peut bien sûr corriger certains facteurs comme le déficit en fer, mais le plus important est le régime sans gluten, car il permet de guérir la maladie.
Le principe en est simple, mais la réalisation difficile car il est nécessaire d'éliminer au quotidien tous les aliments contenant du gluten.
Ce régime est strict et à vie.
Il exclut les céréales et tous leurs sous-produits transformés ou cuisinés comme la panure ou la chapelure. La plupart des produits de boulangerie et de pâtisserie sont interdits, ainsi que les pâtes, les biscuits sucrés ou apéritifs, les bières, les cafés à base de céréales...
Il faut également apprendre à lire les étiquettes de composition des produits, car le gluten peut s'y cacher même en faible proportion.
Pour en savoir plus : Description, liste des aliments sans gluten, où les trouver... : Allez ICI

Histoire de la maladie

L'entéropathie au gluten a été décrite pour la première fois par Samuel Gee en 1888 dans un article intitulé "On the coeliac affection" quoiqu'une description similaire d'un syndrome chronique de malabsorption par Arateus de Cappadocie (Turquie) remonte au 2e siècle avant Jésus-Christ.

La cause de l'entéropathie au gluten était inexpliquée jusqu'à ce qu'un pédiatre hollandais, Willem K. Dicke, reconnaisse une association entre la consommation de pain et de céréales et des diarrhées récurrentes. Cette observation a été corroborée quand, durant la période de restriction alimentaire de la 2e guerre mondiale, les symptômes des patients s'amélioraient une fois que le pain était remplacé par de la nourriture non-conventionnelle non dérivée de grains ; cette observation confirmait l'utilité des diètes empiriques utilisées antérieurement à base de fruits, pommes de terre, bananes, lait ou viandes.

Comme la symptomatologie récidivait lorsque le pain fut réintroduit après la guerre, Dicke et Van de Kamer ont initié des expériences contrôlées exposant des enfants atteints de l'entéropathie au gluten à des diètes pré-définies et ont mesuré le poids des selles et dosé les graisses fécales comme mesure de malabsorption. Le blé, le seigle, l'orge et l'avoine (à un degré mineur) induisent un syndrome de malabsorption, qui peut être inversé après l'exclusion de la diète de ces produits céréaliers "toxiques". Peu de temps après ces observations, le gluten (fraction soluble de la portion protéique du blé) fut prouvé comme étant l'agent commun responsable de cette toxicité.

La lésion coeliaque au niveau du duodénum proximal a été décrite en 1954. Les premières descriptions sont celles de l'inflammation de la muqueuse, l'hyperplasie cryptique et l'atrophie villeuse. Avec le développement des biopsies par voie orale, il est devenu évident que l'entéropathie au gluten et la sprue non-tropicale de l'adulte étaient en fait la même pathologie.

La maladie cœliaque

La maladie cœliaque, aussi appelée entéropathie au gluten, fait partie des maladies auto-immunes complexes, polygéniques et multifactorielles.  Elle est causée par une intolérance permanente au gluten (contenu dans plusieurs céréales tels que le seigle, l’avoine, le blé, l’orge et le triticale) qui entraîne une destruction inflammatoire du petit intestin. Il s'ensuit une malabsorption de nombreux nutriments, du fer, du calcium et de l'acide folique, en particulier.
Cette maladie est maintenant considérée comme le désordre génétique le plus fréquent en Europe et en Amérique du Nord.

Dans quelle mesure la maladie cœliaque est-elle courante?

Avec une prévalence de 1%, on estime qu’environ 300 000 Canadiens en sont atteints, dont plus de 76 000 Québécois. Et, selon certaines études, 9 personnes sur 10 qui en sont atteintes l’ignoreraient.
La maladie cœliaque touche les personnes de tous âges, les enfants comme les adultes. Environ 10 % des personnes qui souffrent de la maladie cœliaque ont, dans leur parenté, d'autres personnes ayant la même maladie. Par ailleurs, la maladie cœliaque est plus fréquente chez les patients atteints de diabète juvénile, de maladie thyroïdienne ainsi que chez les individus trisomiques. À la puberté et durant l'adolescence, les symptômes s'atténuent ou disparaissent, mais la maladie n'est pas guérie pour autant et il faut continuer à éviter le gluten.

La dermatite herpétiforme 

La dermatite herpétiforme est une affection cutanée qui se caractérise par une sensation de brûlure intense et des démangeaisons. Cette affection se manifeste généralement aux coudes, aux genoux, à la nuque, au cuir chevelu, au haut du dos et des fesses. La lisière des cheveux et le visage peuvent aussi être touchés. De petites lésions vésiculaires (petites cloches d'eau) apparaissent alors.

Quel est le lien avec la maladie cœliaque?

La dermatite herpétiforme, tout comme la maladie cœliaque, est de cause inconnue. La grande majorité des personnes souffrant de la dermatite herpétiforme n'ont aucun symptôme digestif. Par contre, 75 à 90 % de ces individus présentent des anomalies lors des biopsies de l'intestin grêle, anomalies similaires à celles détectées chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque.

Quel est le traitement?

On traite la dermatite herpétiforme avec certains médicaments : les sulfones et le régime sans gluten. Les médicaments contrôlent les affections cutanées mais n'ont aucun impact sur les dommages intestinaux. Le régime sans gluten amène la disparition des lésions intestinales, améliore la condition cutanée, permet de réduire, et même d'éliminer, l'usage des médicaments. 
Le régime sans gluten est, pour ainsi dire, un régime pour la vie !

Le diagnostic

Les causes

Les causes de la maladie cœliaque ne sont pas encore complètement élucidées. Un problème au niveau du système immunitaire associé à une prédisposition génétique semblent favoriser l'apparition d'une intolérance au gluten. Chez l'adulte, la maladie semble se manifester plus fréquemment après une opération, une infection ou une grossesse.

Le traitement

Le gluten
Le gluten est une protéine qui se retrouve dans les céréales telles que le blé, (y compris l'épeautre et le kamut), le seigle, l'orge et le malt, le triticale, l'avoine régulière* et les dérivés de ces céréales.
Les personnes atteintes de la maladie coeliaque doivent donc éviter de consommer tout aliment qui contient du gluten. Plusieurs produits de boulangerie et de pâtisserie, les pâtes alimentaires et une variété d'aliments transformés, dans lesquels peut se dissimuler le gluten sous des appellation variées comme protéines végétales hydrolysées, amidons modifiés, sont préparés à partir des céréales mentionnées précédemment et donc à éviter. 
________
*Jusqu'à récemment, on estimait que l'avoine pouvait avoir des effets négatifs sur la santé des personnes coeliaques. Or, selon des études récentes, l'avoine pure et non contaminée par d'autres céréales (en comparaison à celle normalement commercialisée à grande échelle) pourrait être tolérée en quantité modérée.
Pour plus d'information sur le sujet, nous vous invitons à consulter l'examen de Santé Canada sur la maladie coeliaque et l.innocuité de l'avoine à l'adresse: www.santecanada.gc.ca/coeliaque
________

Quels aliments puis-je manger sans danger?

De nombreux aliments sont sans danger! Parmi les grains populaires qui sont une composante délicieuse d’une alimentation sans gluten, mentionnons :
  • Le sarrasin
  • Le maïs
  • Le lin
  • Toutes les farines à base de légumineuses (soya, pois chiches, lentilles, gourganes, etc.)
  • Le millet
  • La pomme de terre
  • L’avoine pure
  • Le quinoa
  • Le riz
  • Le sorgho
Ces grains peuvent être transformés en pâtes, en pain et en divers produits de boulangerie qui sont disponibles dans de nombreuses épiceries et qui peuvent aussi être commandés en ligne (en anglais seulement). Si vous aimez cuisiner, vous pouvez aussi préparer vos propres versions sans gluten de vos mets préférés. Pour obtenir une liste plus longue de grains et de farines qui sont autorisés dans le cadre d’un régime sans gluten, cliquez ici.

Outre les grains, vous pouvez aussi savourer sans danger :

  • Tous les fruits et les légumes frais
  • Le lait, le fromage et le yogourt
  • La viande fraîche, la volaille et le poisson (évitez celui qui a été pané ou mariné)
  • Les légumineuses comme les pois chiches, les lentilles, les haricots rognons et les pois secs
  • Les œufs
  • Les boissons de soya, le tofu
  • Les noix et les graines
  • L’huile, le beurre et la margarine

Rappel!

Bien que les aliments de la liste ci-dessus soient naturellement sans gluten, ils peuvent contenir du gluten lorsqu’ils sont utilisés pour préparer d’autres aliments. Par exemple, le blé est souvent utilisé dans la préparation des fèves mijotées ou de la charcuterie. Cliquez ici pour obtenir une liste plus longue des aliments qui peuvent contenir du gluten ajouté.

La maladie coeliaque est-elle réversible?

La reponse est: NON! 

Comments