Un nouveau traitement contre le TOC

Un chercheur de Montréal a développé un nouveau traitement pour les personnes souffrant de trouble obsessif-compulsif (TOC).
Adam Radomsky, directeur du Centre de recherche clinique en santé de l'Université Concordia procède actuellement à l'essai d'un nouveau traitement qui pourrait améliorer de façon remarquable la qualité de vie des personnes souffrant du TOC. Cette thérapie permettrait de soulager les peurs et les doutes des patients qui souffrent de vérification compulsive.
Le traitement conçu par Adam Radomsky s'appuie sur des recherches démontrant que la vérification compulsive de certains éléments de leur environnement est causée par un sens démesuré de la responsabilité chez les personnes atteintes du TOC. «Si je n'éteins pas la cuisinière, la maison va brûler» est une hypothèse plausible, qui peut rapidement engendrer un cycle obsessif de vérifications répétitives, et peut même mener à une incapacité de sortir de la maison. Or, ces répétitions apparemment insensées minent la confiance des malades.
Le cycle peut être brisé en amenant les patients à rectifier leur sens démesuré de la responsabilité personnelle et à atténuer leur anticipation de catastrophes. En mettant l'accent sur les schémas de pensée des patients plutôt que sur leurs actions, cette nouvelle approche cible les fausses croyances sur lesquelles ils fondent la perception de leur responsabilité, de leur mémoire, et des dangers qui les menacent.
Grâce à des exercices visant la normalisation de leur sens démesuré de la responsabilité, le rétablissement de leur confiance en leur mémoire ainsi que la diminution de leurs doutes et de leur sentiment de culpabilité, le chercheur espère que ce traitement procurera graduellement aux patients une perception plus positive d'eux-mêmes et du monde qui les entoure.

Comments